Anarchistes Ivry

Groupe libertaire d’Ivry-sur-Seine

Le sabotage - 3. Morale de classe (Emile Pouget)

Classé dans : Lectures

31
12 | 10

Il est compréhensible que, de la différenciation radicale dont nous venons de constater la persistance entre la classe ouvrière et la classe bourgeoise, découle une moralité distincte.

Il serait, en effet, pour le moins étrange qu'il n'y ait rien de commun entre un prolétaire et un capitaliste, sauf la morale.

Quoi ! Les faits et gestes d'un exploité devraient être appréciés et jugés avec le critérium de son ennemi de classe ?

Ce serait simplement absurde !

La vérité, c'est que, de même qu'il y a deux classes dans la société, il y a aussi deux morales, celle des capitalistes et celle des prolétaires.

Lire la suite de Le sabotage - 3. Morale de classe (Emile Pouget)

Mots clés : lutte de classes aucun commentaire

Le sabotage - 2. La "marchandise" travail (Emile Pouget)

Classé dans : Lectures

31
12 | 10

Dans l'exposé historique qui précède, nous venons de constater que le sabotage, sous l'expression anglaise de Go Canny, découle de la conception capitaliste que le travail humain est une marchandise.

Cette thèse, les économistes bourgeois s'accordent à la soutenir. Ils sont unanimes à déclarer qu'il y a un marché du travail, comme il y a un marché du blé, de la viande, du poisson ou de la volaille.

Ceci admis, il est donc logique que les capitalistes se comportent à l'égard de la chair à travail qu'ils trouvent sur le marché comme lorsqu'il s'agit pour eux d'acheter des marchandises ou des matières premières : c'est-à-dire qu'ils s'efforcent de l'obtenir au taux le plus réduit.

Lire la suite de Le sabotage - 2. La "marchandise" travail (Emile Pouget)

Mots clés : travail aucun commentaire

Sans-papiers à la Cité de l'immigration

Classé dans : Luttes & solidarité

23
12 | 10

Après 12 mois de grève, des milliers de sans-papiers d'ile de france n'ont obtenu qu'un addendum au guide des bonnes pratiques destiné aux préfets (une victoire, selon la CGT) et quelques promesses non tenues. Il y a deux mois, ils se sont installés à la Cité de l'immigration (à Porte dorée, Paris 12) pour réclamer des préfectures le récépissé de dépôt de demande de régularisation promis qui leur donne autorisation de séjour et de travail pour 3 mois. Mais il y a trois semaines, la direction a décidé de fermer le musée jusqu'à ce qu'ils libèrent la salle qu'ils occupaient, juste en face de l'entrée (louée par le musée pour l'organisation d'événements tels qu'un championnat de baby foot). Un accord a été passé entre le musée et le syndicat : les sans-papiers ne passent plus la nuit dans le musée, ils peuvent venir de 9h à 19h, deux pièces sont mises à leur disposition pour faire leurs dossiers, dans les vestiaires (derrière les chiottes). Coincés entre le chantage des préfectures (on n'examine pas vos dossiers si vous ne cessez pas votre occupation) et celui des syndicats (l'accord passé avec le gouvernement en fait des intermédiaires obligatoires pour déposer leurs dossiers), ils n'ont plus que l'espoir chacun d'être à son tour convoqué en préfecture pour la délivrance de ce récépissé. Ceux qui le décrochent vont chercher du travail, et quittent donc le mouvement, en espérant que leur autorisation sera renouvelée après les trois mois ; les autres patientent, sans argent, souvent sans logement, et dans l'oubli médiatique.

Mots clés : sans-papiers aucun commentaire

Publico

Classé dans : Non classé

17
12 | 10

Les cris de Grève générale ! résonnent encore dans nos têtes comme le lointain écho d'un mouvement social. Les banderoles sont remisées, les drapeaux au placard, mais la lutte des classes reste toujours d'une réalité brûlante, comme la nécessité de porter encore et toujours notre projet d'une société libertaire.
Pas question de déposer les armes de la critique !
Les deux récents numéros des Nouvelles de la librairie donnent encore à voir le dynamisme de l'édition libertaire ou de l'intérêt que peuvent porter nombre d'éditeurs aux idées du courant anti-autoritaire.

Lire la suite de Publico

Mots clés : aucun aucun commentaire

Des victoires dans la défaite ?

Classé dans : Articles

17
12 | 10

Ça devait être LA grande bataille. Un grand mouvement. Enfin gagner face au gouvernement et au patronat. Une victoire, enfin… L’espoir aussi que dans ce mouvement s’amorce autre chose que des manifs traîne-savates et des journées d’action sans lendemain. L’espoir de voir s’ouvrir, comme souvent dans de grands mouvements sociaux ou dans la grève générale, une brèche dans l’aliénation quotidienne. Que tous ceux qui, isolés dans l’exploitation quotidienne, se retrouvent enfin, discutent, échangent, s’ouvrent à des idées folles d’utopies et de révolutions, se disent que la vie c’est ça, être ensemble et solidaires.

Lire la suite de Des victoires dans la défaite ?

Mots clés : lutte de classes aucun commentaire

Égalité, Fraternité, Crève !

Classé dans : Articles

14
12 | 10

Les directives préfectorales enjoignant à des Centres d'Hébergement d'Urgence de fermer leur porte aux sans-papiers ont suscité une large indignation. Si les lecteurs du Figaro se plaignent sur son site Internet que cette pratique ne soit pas généralisée, la gauche et les caritatifs vont jusqu'à s'insurger : trier les pauvres serait une dérive républicaine.

Pourtant, personne n'échappe au tri : on est responsable ou tacheron, sans-papiers ou français, SDF ou au chaud. À l'intérieur de ces catégories, des sous-catégories : sous-fifre ou au bas de l'échelle, demandeur d'asile ou clandestin, vagabond avec ou sans papiers ; et pour chacun, plus ou moins de droits et de privilèges ou de devoirs et d'emmerdes.

Mais la Nation prend soin de ses citoyens, et puis on a quand même bon cœur : les équipements urbains sont étudiés pour empêcher le repos des clodos, mais on les héberge quand il fait trop froid - enfin, ça dépend : si, officiellement, on ne manque pas de places dans les centres d'urgence, la presse rapporte le cas d'un couple contraint d'abandonner ses enfants à l'Aide Sociale à l'Enfance pour ne pas qu'ils dorment avec eux dehors...

Patrick Declerck, en se faisant passer pour un clochard, s'est invité dans ces centres, qu'il décrit dans Les naufragés : en découvrant ce que sont ces lieux, on comprend pourquoi la plupart des hébergés leur préfèrent le froid, même s'il peut être mortel. Il rappelle aussi que, si chaque année on semble redécouvrir que le froid tue (puisqu'on ne fait rien pour empêcher les causes de ces morts de produire à nouveau leurs effets), chaque année aussi on oublie que la rue tue autant en été qu'en hiver : le crime ne vient pas du froid, mais d'un système qui laisse des logements vides là où on crève sur les trottoirs.

Égalité, qu'ils disent...

Lire la suite de Égalité, Fraternité, Crève !

Mots clés : lutte de classes aucun commentaire

Kropotkine : La grande révolution (1789-1793) – 1. Les deux grands courants de la Révolution

Classé dans : Lectures

14
12 | 10

Deux grands courants préparèrent et firent la Révolution. L’un, le courant d’idées, le flot d’idées nouvelles sur la réorganisation politique des États, venait de la bourgeoisie. L’autre, celui de l’action, venait des masses populaires, des paysans et des prolétaires des villes, qui voulaient obtenir des améliorations immédiates et tangibles à leurs conditions économiques. Et lorsque ces deux courants se rencontrèrent, dans un but d’abord commun, lorsqu’ils se prêtèrent pendant quelque temps un appui mutuel, alors ce fut la Révolution.

Lire la suite de Kropotkine : La grande révolution (1789-1793) – 1. Les deux grands courants de la Révolution

Mots clés : révolution aucun commentaire

Professeurs, vous nous faites vieillir ! (Les lascars du LEP électronique)

Classé dans : Lectures

05
12 | 10

Depuis le temps que vous vouliez qu'on se parle et qu'on se taisait, cette fois on va parler. On sait bien que pour la plupart d'entre vous, vous voulez simplement nous aider. Chacun à votre manière, vous avez tout essayé. Vous avez été sévère, laxiste, patient, impatient, prévenant ou lointain ; vous avez réfléchi, discuté entre vous, avec nous, avec l'administration.

Vous nous avez dit tellement de choses, nous on disait rien ou si peu, on se taisait, on souriait. Vous nous disiez : chez moi ça rigole pas on travaille, ou bien ici on rigole mais on bosse, ou bien si vous ne faites rien ne dérangez pas vos camarades qui eux... ou bien faites un effort ! ou bien Monsieur Untel vous croyez qu'au travail vous pourrez arriver en retard ? ou bien ah c'est toi va t'asseoir, ou bien répondez ? personne ne sait ? ou bien en dix ans de carrière je n'ai jamais vu ça ! ou bien si vous avez un problème passez me voir à la fin du cours, ou bien allez-y posez des questions ! et aussi j'ai une fille de votre âge, on se tait quand je parle, Messieurs, prenez une feuille, répétez ce que je viens de dire, allez me chercher un billet, je vous préviens avec moi ça ne sera pas comme avec Monsieur Machin.

Et bien si ! C'est pareil, vous avez tout essayé ça n'a rien changé. Vous nous avez soutenus au conseil, vous avez vu nos parents, vous vous êtes dit : et si c'était mon fils, vous avez travaillé, recommencé, préparé des cours, des visites, des stages, des exposés, des sorties, on a bu des cafés ensemble, vous avez fait grève, vous avez gueulé, pleuré peut-être, ça n'a rien changé.

Années après années, nous étions avalés par le laminoir social, les élèves que vous avez sauvés, vous les portez comme des décorations, elles sont méritées, quel boulot pour chacun d'eux ! Mais c'est pas possible pour tout le monde !

Le problème c'était pas nous, c'était pas vous, c'est tout le reste !

Lire la suite de Professeurs, vous nous faites vieillir ! (Les lascars du LEP électronique)

Mots clés : école aucun commentaire

Le CRA ou la vie

Classé dans : Articles

05
12 | 10

Émeutes et évasions à Vincennes

En juin 2008, après des mois de révoltes et un mort, les détenus du Centre de Rétention Administrative (CRA) de Vincennes ont réduit en cendres leur prison. Puisque les ordres sont d'expulser plus, les bâtiments où sont parqués les sans-papiers qui ont vocation à se faire éloigner ont été rapidement reconstruits, et encore plus vite remplis - on a même conservé le bâtiment provisoire.

On peut s'y retrouver parce qu'on s'est fait contrôler un soir en rentrant du boulot, parce qu'on est un bébé dont les parents sont sans visa, ou qu'un préfet vous a classé comme immigré non choisi. Que vous soyez battue par votre mari, que vous risquiez votre peau dans le pays que vous avez fui, qu'on vous expulse dans un endroit que vous ne connaissez pas, qu'on vous ait surexploité pendant vingt ans, on s'en foutra : vous êtes étranger.

Lire la suite de Le CRA ou la vie

Mots clés : sans-papiers aucun commentaire

La santé de 36 à 2008

Classé dans : Radio

15
11 | 10

La santé telle qu'on la connaît aujourd'hui dans notre société et telle qu'elle fut pratiquée dans le cadre de l'expérience autogestionnaire et libertaire de l'Espagne révolutionnaire de 1936.

Lundi matin, 15 novembre 2010, 1h17, 45 Mo

Mots clés : aucun aucun commentaire

page 1 sur 7 suivante »