Anarchistes Ivry

Groupe libertaire d’Ivry-sur-Seine

Agenda

Ouverture de l’Épinoche, l’infokiosque du squat de l’Écharde

lundi 19 novembre de 17h à 20h
L’Écharde
19 rue Garibaldi, Montreuil
M° Robespierre

L’Épinoche, infokiosque du squat de l’Écharde, ouvre ses rayons à toutes et tous : des dizaines de brochures et de livres sur des sujets liés à la critique sociale ainsi qu’aux idées et pratiques révolutionnaires et anti-autoritaires. Le tout est disponible à prix libre, c’est-à-dire qu’on donne ce qu’on veut, ce qu’on peut.

Rendez-vous de 17h à 20h, pour découvrir les brochures et livres à disposition, dans une ambiance tranquille, avec thé, goûter, friperie gratuite et espace de lecture.

Projection du documentaire « Stregoni »

mardi 20 novembre à 19h30
Le Rémouleur
106 rue Victor Hugo, Bagnolet
métro Robespierre ou Gallieni

Projection du documentaire « Stregoni » (2018, 52 minutes, VOSTF) de Anush Hamzehian, en présence du réalisateur A Trente, en Italie, les réfugiés venus d’Afrique affluent vers les centres d’accueil de Fersina et Brennero. C’est là que le musicien Johnny Mox a créé une formation hétéroclite appelée « Stregoni », les sorciers ,qui chaque soir les fait monter sur scène.

Présentation du livre « Aucun respect pour les vaches sacrées » et documentaire

mercredi 21 novembre à 19h30
Librairie Publico
145 rue Amelot, Paris 11
métro République / Oberkampf / Filles du Calvaire

Gordian Troeller ( 1917-2003) et Marie-Claude Deffarge (1924-1984) furent deux documentaristes qui réalisèrent plus d’une centaine de films à travers le monde. Après avoir rendu compte de la plupart des mouvements de libération et des révolutions qui suivirent les décolonisations ils se lancèrent dans une déconstruction, très actuelle, de la notion de développement avec la série « Au nom du progrès » en étroite collaboration avec François Partant. Par la suite ils entreprirent une série sur les femmes « Planète des femmes » et une autre sur les enfants « Enfants du monde ».

Le livre « Aucun respect pour les vaches sacrées », édité aux éditions A plus d’un titre en 2017, présente un long entretien avec ces deux cinéastes dans lequel ces derniers exposent leur vision du monde et leur démarche. Leur travail original autant que décapant mérite d’être redécouvert.

Au cours de cette soirée des extraits de la série « Au nom du progrès » seront projetés puis Silvia Pérez-Vitoria, membre de l’association « La ligne d’horizon-les amis de François Partant » présentera l’ouvrage.

Permanence « Prenons la ville »

mercredi 21 novembre de 19h à 22h
Le Rémouleur
106 rue Victor Hugo, Bagnolet
métro Robespierre ou Gallieni
degage-onamenage@@@riseup.net

Des projets de transformation du Bas-Montreuil et du quartier des Coutures à Bagnolet sont en cours. Des centaines de personnes seront obligées de quitter leur logement. Le collectif « Prenons la ville » propose un moment de rencontres, d’échanges et d’organisation. Cette permanence permettra de faire ensemble le point sur l’avancée des projets et des problèmes qu’ils entraînent ; de lutter contre la hausse du coût de la vie, des loyers, contre le départ forcé des quartiers où nous habitons…

Projection du film Pied de Biche & inauguration du PanameProjoKit

jeudi 22 novembre à 20h
La Parole Errante
9 rue François Debergue, Montreuil
métro Croix de Chavaux

– 20h : Apéro dînatoire et mises en bouche (prix libre) / présentation du PPK
– 21h : Montage collectif du kit
– 21h30 : Projection du film « Pied de biche » de Matthieu Quillet (78’, 2018), en présence du réalisateur s’il vous plaît, et un petit court en avant-séance

« Pied de biche », un film documentaire sur les squatteurs.ses des Tanneries et du Quartier Libre des Lentillères (Dijon) Des squats, un quartier occupé et leurs habitants dans une ville de taille moyenne en France. « Une certaine envie de victoire, que ce ne soient pas que des utopies. Ok, on a des idées révolutionnaires, mais comment elles ne restent pas juste dans un entre soi, comment on les partage avec des gens, et comment on n’est pas mis en défaite. »

Le PPK est né d’une nécessité commune à plusieurs collectifs de se doter de bons outils pour faire des projections. Nous avions envie de réunir le matériel nécessaire à l’organisation d’une projection dans un kit complet et pratique, et que tout ça passe dans le coffre d’une voiture, aussi petite soit-elle ! Plus besoin de chercher un câble d’un côté et un écran ailleurs, … L’idée était aussi de mutualiser du matériel entre plusieurs associations et collectifs liés à l’audiovisuel et créer des ponts entre nos activités et nos envies de diffuser des films. Dans ces collectifs : les Scotcheuses, « L’Autre champ », Synaps, nous partageons cette envie commune de défendre des pratiques cinématographiques militantes, non marchandes et populaires. Les membres de ces différents collectifs constituent pour l’instant le groupe de référents qui gère les prêts et l’usage du kit. Car si ce dernier peut servir pour nos propres initiatives, il est aussi destiné à toutes celles et ceux qui souhaiteraient organiser des projections sans moyens…

Soirée à prix libre, en soutien au Paname projokit

Marche contre les centres de rétention

vendredi 23 novembre à 14h30
Ministère de l’Intérieur
18 rue des Pyrénées, Paris 20
Métro Porte de Vincennes

Les CRA sont des prisons, ils doivent fermer ! La marche partira du Ministère de l’intérieur, direction de l’immigration dans le 20e arrondissement (18 rue des Pyrénées 75020 / Métro Porte de Vincennes) vers le Centre de Rétention de Vincennes où un parloir sauvage se fera avec des détenu.e.s du CRA de Vincennes et du Mesnil-Amelot

Alors que les serments d’hospitalité se multiplient dans les théâtres et les musées, des serments qui n’engagent que celles et ceux qui y croient, l’État français rafle, enferme et expulse celles et ceux que certain.e.s se promettent d’accueillir « dans la dignité ».

L’État français rafle à Grande-Synthe ce 30 septembre 2018 et ce sont des dizaines de personnes emprisonnées dans le Centres de Rétention du Mesnil-Amelot, 30 à celui de Lille et 25 à celui de Coquelles.

L’état français rafle aux guichets des préfectures du Val-de-Marne, du Val-d’Oise, de Paris, des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et de Seine-et-Marne, et ce sont les Centres de rétention du Mesnil-Amelot, de Plaisir, de Palaiseau et de Paris Vincennes qui deviennent la pierre angulaire d’une gestion carcérale dudit problème migratoire.

L’État français, dans la continuité coloniale et dans la logique d’une politique post-coloniale, irrégularise pour pouvoir enfermer et déporter toutes celles et ceux qui n’ont commis d’autres délits que de naître dans le mauvais pays et d’être présent.e.s ici.

Rafle-Rétention-Déportation est le mécanisme central de la violence d’État et du racisme qui touche particulièrement les migrant.e.s.

En janvier 2019 la durée maximale légale de la rétention des personnes arbitrairement décrétées « illégales » en vu d’être expulsées, sera de 90 jours. 90 jours enfermé.e.s, entravé.e.s, souvent humilié.e.s ou tabassé.e.s, 90 jours privé.e.s de liberté et soumis.e.s à l’arbitraire des gardien.ne.s, de la préfecture et des juges aux ordres. 90 jours à attendre d’être violemment embarqué.e.s à l’arrière d’un vol régulier, menotté.e.s, casqué.e.s, et parfois drogué.e.s.

A celles et ceux qui aujourd’hui s’agitent pour améliorer les conditions de rétention, en y programmant des ateliers pédagogiques ou en jetant dans la cour des ballons de foot, nous répondons : « ce sont les Centres de Rétention qu’il faut faire fermer ».

A celles et ceux qui déclarent « l’hospitalité » comme horizon politique, nous répondons : « c’est le CESEDA, Code des étrangers, du séjour des étrangers et de la demande d’asile, qu’il faut abolir »

Enfermé.e.s parce que racisé.e.s, enfermé.e.s parce que pauvres, soumis.e au régime de déportation autant qu’à l’arbitraire de la violence policière à l’ombre des murs du CRA. Telle est la condition des étrangères et étrangers illégalisé.e.s en France métropolitaine et surtout dans lesdits Territoires d’Outre Mer.

Il n’y a pas de CRA à visage humain. Ce n’est pas seulement le coup de matraque qui fait la violence d’État. C’est aussi le mur et ses barbelés. C’est l’avion et son escorte policière. C’est le tribunal et son juge raciste. Ce sont les traducteurs.ices qui refusent de traduire et accusent celui ou celle qui comparaît de mentir. Ce sont les médecins qui humilient et ne prescrivent que des calmants pour taire la colère.

La marche partira du Ministère de l’intérieur, direction de l’immigration dans le 20e arrondissement et une fois arrivée aux portes du Centre de Rétention de Vincennes, un parloir sauvage se fera avec des détenu.e.s de Vincennes mais aussi du CRA du Mesnil-Amelot parce qu’il n’y a pas de nous sans eux ni elles.

Event FB en français : https://www.facebook.com/events/1946644835403…

Event FB en arabe : https://www.facebook.com/events/2035083805791…

Event FB en dari : https://www.facebook.com/events/2809282658644…

Les collectifs de sans papier, la Csp75, la Csp20ème et Le Collectif La Chapelle Debout ! Contact : Collectif La Chapelle Debout Mail : collectif.lachapelle.debout@gmail.com Fb : https://www.facebook.com/CollectifLaChapelleDebout

Concert de Roland Lombard : chansons à texte et à sourire

vendredi 23 novembre à 19h30
Librairie Publico
145 rue Amelot, Paris 11
métro République / Oberkampf / Filles du Calvaire

Roland Lombard présente un récital de chansons à texte et à sourire dans la lignée de Bruant, Couté, Brassens

assemblée de l’Echarde

dimanche 25 novembre de 17h à 20h
L’Écharde
19 rue Garibaldi, Montreuil
M° Robespierre

L’Écharde, espace d’organisation politique squatté depuis le 1er octobre, vous ouvre ses portes chaque dimanche à 17h pour une assemblée.

Plutôt que de faire de ce lieu un simple espace vacant à consommer, ce moment sera l’occasion de se rencontrer pour s’organiser autour des luttes en cours et à venir, proposer des ateliers d’auto-formation, se donner rendez-vous pour faire des banderoles, des discussions, des réunions, des projections, des cantines, et d’autres trucs auxquels on n’a même pas encore pensé ! Tout ça dans une perspective anti-autoritaire, anticapitaliste, non-marchande et contre tous les rapports de pouvoir. C’est-à-dire contre tout ce qui nous opprime, tant dans les espaces où l’on s’organise qu’ailleurs. Squat oblige, le lieu est menacé d’expulsion. L’assemblée est donc aussi un moment pour organiser collectivement la défense du bâtiment.

Fête de soutien au Rémouleur

samedi 1er décembre à à partir de 19h
La Parole Errante
9 rue François Debergue, Montreuil
métro Croix de Chavaux

Au programme : concerts, infokiosques, bons sandwiches, bar… (entrée prix libre, demi 1,5€)

Avec : -Dgiz (rap/slam et fusion en contrebasse) Armé de ses textes ciselés et de sa contrebasse impertinente, Dgiz prouve que le hip hop est loin d’être un genre aussi codifié qu’on ne le croit. https://www.facebook.com/PageDGIZ/

-La Fraction (Punk Rock) La Fraction fait partie de cette scène auto gérée issue du mouvement alternatif des années 80. Des sections rythmiques carrées et minimalistes et une voix qui donne de la mélodie à ce punk rock indémodable. http://lafraction.org/

-Les Vulves Assassines (Punk rap de l’espace) Ce groupe DIY qui a commencé dans une salle de bain comme studio son, s’amuse aujourd’hui dans de savoureuses compositions : sons électro, féminisme et flow percutant pour un mélange sidérant. http://vulvesassassines.fr/

-131,2 BPM (Live Techno Revolt) « Ce que nous voulons c’est le mouvement de masse » Ou comment la techno prend une dimension percutante en samplant des punchlines d’un discours politique de Lordon au « Tout le monde deteste la police » du cortège de tête. https://soundcloud.com/1312bpm

à la Parole Errante (9 rue François Debergue à Montreuil), métro Croix de Chavaux (ligne 9)

Le Rémouleur est un espace auto-organisé de luttes et de critique sociale depuis 2011 à Bagnolet. C’est un lieu de débats, de présentations, de projections, d’infokiosque, de repas de quartier, d’accueil de collectifs et de prix libre où l’on peut aussi tout simplement venir prendre un café pendant les heures de permanence, rester, discuter, emprunter des livres, sans se soucier de consommer quoi que ce soit.

Pour faire vivre ainsi ce lieu, et plus généralement pour soutenir la possibilité que des espaces collectifs puissent exister de manière auto-organisée, nous faisons comme chaque année une soirée de concerts en soutien au Rémouleur. C’est l’occasion de convier toutes celles et ceux qui ont participé de près ou de loin aux réflexions menées ici ou qui ne connaissent pas encore le lieu à venir faire la fête, se rencontrer, et cela nous permet également de récolter quelques sous pour faire tourner le Rémouleur à l’année de manière autonome.

Quant à la Parole Errante, c’est un lieu qui depuis de nombreuses années permet de conjuguer plusieurs activités, grâce à un collectif qui se bouge (la Parole Errante Demain) pour organiser une multitude d’initiatives culturelles, sociales et politiques, en accueillant notamment des concerts de soutien. C’est un endroit fondé sur l’ouverture, l’accueil, le partage, la solidarité et un centre de création culturelle et sociale qui ne se referme pas sur lui-même..

On compte donc sur vous ce samedi 1er décembre à la Parole Errante, pour venir en masse et faire de cette soirée un beau moment de lutte et de joie !

Et si vous voulez venir nous voir pendant l’année, le Rémouleur est ouvert les mercredis de 19h à 22h et les samedis de 15h à 18h. Chaque mois, on édite un programme avec tous nos événements, en version papier dans divers lieux amis et aussi sur internet.

Le Rémouleur, 106 rue Victor Hugo à Bagnolet Métro Robespierre

En pièce jointe l’affiche de la soirée

Plus d’infos à propos du Rémouleur : https://infokiosques.net/le_remouleur Sur la soirée : https://www.facebook.com/events/782460275418327/

Les Samedis de la Chanson : Concert avec Frédérique

samedi 24 novembre à 17h
Librairie Publico
145 rue Amelot, Paris 11
métro République / Oberkampf / Filles du Calvaire

Les Samedis de la Chanson Concert avec Frédérique Participation libre

Résistons Ensemble n° 176, octobre 2018

  • L’État tue, ses experts enterrent
  • Soutien aux interpellés d’Arago
  • Henry abattu par le GIGN et un non-lieu pour les gendarmes qui ont tué Angelo
  • Mutilations policières
  • Gare aux canons à eau !
  • Quand Génération identitaire continue ses agressions
  • Répression policière des grévistes d’un hôtel de luxe à Paris

Alternative Libertaire, octobre 2018

  • Face au fascisme et au racisme, ne pas baisser les yeux
  • Ce qu’on retiendra du procès Méric
  • Penser et agir concrètement par-delà les frontières
  • Peugeot-PS  : ils poussent leurs cadences, nous comptons nos morts
  • Nantes : la convergence des luttes se construit !
  • L’aide publique au développement… des intérêts français

Courant alternatif octobre 2018

  • Air France, l’automne sera chaud !
  • Retour sur une bien étrange grève des cheminots
  • La lutte c’est classe — essai d’enquête ouvrière à Toulouse
  • L’opposition au projet de Center Parc à Roybon
  • Vers la construction de 6 EPR
  • NDDL, une Zad qui se normalise ?
  • Mai 68 filmé au jour le jour
  • Palestine / Gaza : piratage en haute mer
  • Crise à Mayotte

CQFD n° 169, octobre 2018

  • Sur La Plaine, le marché des derniers jours
  • Ça s’est passé comme ça chez McDonald’s…
  • Le marché n’aime pas le bazar (guerre aux marchés populaires)